Close

Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 42
  1. #1
    Snake-Rider
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    98

    Par défaut Tu enfanteras dans la douleur

    La douleur de l'accouchement : une initiation?


    « Tu enfanteras dans la douleur » dit la bible. Il y a qq années ces mots me revoltaient, j'ai choisi le traitement de la douleur comme sujet de thèse en me centrant sur la psychologie des médecins et en recherchant les facteurs qui freinent ou favorisent leur prescription d'antalgiques. Mais pourquoi souffrir alors que des médicaments peuvent stopper la douleur? Bien entendu lors de ma 1ere grossesse j'ai choisi d'accoucher avec péridurale! L'anesthésie a très bien fonctionné, tellement bien que j'ai eu la sensation de ne pas avoir vraiment mis mon fils au monde, un sentiment d'echec qui a rendu mon passage à l'état de mère difficile... Pour la 2de grossesse j'ai tenu absolument à accoucher naturellement (pas facile avec la politique médicale actuelle) et l'expérience m'a transformée.


    Je viens de mettre au monde mon 3eme trésor et il me semble pouvoir faire un rapprochement entre l'accouchement et certaines sessions que j'ai pu vivre avec l'ayahuasca. En effet gérer une douleur intense (celle de l'accouchement viendrait en 2d après la douleur de l'amputation...) c'est vraiment une expérience unique qui s'accompagne d'un état modifié de conscience, on passe par différentes phases psychologiques semblables à ce qu'on peut vivre avec la liane: « mais pourquoi j'ai voulu ça??? », « si j'en réchappe, je ne le referai plus jamais », peur de mourir, explosion du mental (la sage femme a du me ramener dans la réallité pour que je continue à pousser, je ne l'entendais plus, je suis complètement partie à un moment...), état de choc, extase...


    Allez, je me lance dans un petit PR (partum report):
    Les contractions commencent et s'intensifient rapidement, je gère avec une technique de respiration associée à un mouvement de rentrée du ventre (ça marche super bien). J'utilise aussi un gros ballon qui permet de faire onduler le bassin et aide la progression du bébé. Je peux discuter avec mon chéri entre deux contractions. Au bout d'une heure et demi les contractions sont à leur intensité maximum, je me dis que ça va aller et me rassure en pensant que je suis presque au bout (mes 2 premiers enfants sont nés rapidement, alors le 3ème ça va etre du gateau!). A ce stade je suis encore très sure de moi, certaine de pouvoir gérer. Je rentre dans un bain chaud et me relaxe entre 2 contractions, la chaleur atténue bien la douleur.
    Voilà je sens que le moment de pousser est arrivé. Dur dur de sortir du bain avec cette douleur. Ma confiance commence à m'abandonner, je subis la douleur plus que je ne la gère, vivement la fin. Une contraction arrive, je m'accroche au cou de mon homme qui doit déguster au niveau des cervicales (désolée mon chéri)... La douleur est d'autant plus intense que je ne peux plus m'aider de la fameuse technique puisque je dois bouger pour m'installer, aie aie aie! Mais je me rassure encore en me disant que la poussée va me soulager.
    Je vais bientôt voir mon bébé, il me tarde!!!
    Les dernières contractions sont terribles, je les supporte tout juste dans cette position inconfortable (pieds dans les étriers). La voix de la sage femme me guide, elle m'indique exactement comment je dois pousser. Mon Dieu que ça fait mal ! Rien à voir avec ma précédente expérience... J'ai l'impression que mes entrailles se déchirent et j'ai très peur: peur d'etre blessée, peur de ne pas y arriver. J'ai confiance en la sage femme, elle ne m'encouragerait pas à pousser en cas de déchirure. Quel effort, quelle énergie je dois fourrnir, je ne sais pas si je vais y arriver, seule la pensée de mon bébé coincé entre mon ventre et le monde extérieur me permet de trouver encore des ressources. « Il faut encore pousser, la tete va sortir! », je supplie que ça finisse car je n'en peux plus. Je pousse de toutes mes forces malgré la douleur qui déchire ma chair. Tout à coup je pars très loin, là où tout est sans couleur, sans odeur, sans bruit. de loin j'entends la voix qui me ramène à la réallité, elle crie : « allez, encore une fois pour dégager les épaules », c'est terrible à quel point ça fait mal mais je pousse encore de toutes mes forces. « tu peux attraper ton bébé ». alors je regarde entre mes jambes: je vois une petite tete et des épaules. Je glisse mes mains sous ses bras et je tire mon bébé vers moi. Je sens le reste de son corps sortir de moi, bizarre les sensations et le vide que ça laisse après la souffrance... Voir ce petit etre que j'attends depuis si longtemps me transporte, j'oublie en un instant tout le reste pour comtempler ma petite merveille... moment très intense, je me rappelle alors qu'il y a un papa à coté de moi et nos regards se croisent :slove4:

  2. #2
    Déserteur
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    VOSTFR
    Messages
    687

    Par défaut Re : Tu enfanteras dans la douleur

    C'est très touchant =) merci d'avoir partagé ça, et bien raconté. C'est intéressant que tu écrives ça, alors qu'on parle de plus en plus du taux élevé de césariennes (parfois par confort) en Europe me semble-t-il. Je n'aurai jamais à vivre ça (kiki oblige), mais c'est vrai que l'expérience doit avoir bien plus de valeur émotionnelle quand ça peut se faire naturellement. Un lien entre le bébé et la mère, une expérience très marquante pour les deux...et cette intensité dans la douleur qui amène au soulagement, à l'émerveillement, c'est beau.

  3. #3
    petite obsidienne
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    paris
    Messages
    2 847

    Par défaut Re : Tu enfanteras dans la douleur

    tres émue par ton partage.
    Et je te rejoins cette histoire de la douleur que l'on veut a tout pris faire disparaitre. Mais on en parlera une autre fois. la je suis encore dans ton histoire. merci.

  4. #4
    Zoreil Rouge
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    974
    Messages
    3 453

    Par défaut Re : Tu enfanteras dans la douleur

    Mortel ça m'a trop ému surtout la fin !!!

  5. #5
    Toile d'araignée
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Daath
    Messages
    855

    Par défaut Re : Tu enfanteras dans la douleur

    Alors ça, c'est de la Vie, brute et réelle ! Tu parles d'un moment initiatique !!! Et même pour le papa, il se passe quelque chose, dans cet accompagnement, ou chaque cm d'ouverture de col est comme une étape de franchie...
    Et finalement, voir ces petits yeux s'ouvrir sur le monde, pour capter sa lumière, c'est si fascinant et inoubliable...
    Merci beaucoup du partage Echinda :) Félicitations à vous !
    Et vive les TR Reel, 100% bio !

  6. #6
    serpent autour d'un bois Avatar de JLG
    Date d'inscription
    mai 2006
    Localisation
    dans le meilleur des mondes
    Messages
    1 661

    Par défaut Re : Tu enfanteras dans la douleur

    Très touchant à plus d'un titre ;)
    Merci beaucoup...

  7. #7

    Par défaut Re : Tu enfanteras dans la douleur

    Ca me tue d'être un homme ! Ca c'est quelque chose, bon sang !

  8. #8
    DaHaMo
    Visiteur

    Par défaut Re : Tu enfanteras dans la douleur

    Merci pour le PR. Emu aussi et touché par le partage. Je le ferai lire à ma femme. Notre premier est né sans péridurale et... sans médecin, sauf sur la dernière heure. Ca a été une épreuve terrible pour nous deux : bébé avec cordon autour du cou, donc les 7h de travail on été hard-core, avec les constantes vitales du bébé qui chutaient à chaque contraction et personne pour nous rassurer. J'ai fait airbag, calme devant ma femme et terminator dans le couloirs de la clinique. Mais pas de bol, tous les médecins étaient en accouchement. Je m'égare...

    Je crois que ton analogie avec l'Ayahuasca est tout a fait exacte. C'est d'ailleurs précisément ce que j'ai pensé durant cette épreuve... et jusqu'à la libération. J'ai remercié le ciel de m'avoir si bien préparé à cette expérience. Comme dans une session, tu n'as pas de pédale de frein ni de bouton pause. Tu ne peux imaginer ce qui va se faire jour, mais tu dois y faire face. Tu sais que du "mieux" arrive, mais quand tu dérouilles, t'es plus sur de rien. Conscience modifiée par la douleur (ma femme) et conscience modifiée par la conscience modifiée de ma femme (moi). Sans parler de la naissance progressive du père, en ces instants sacrés. Et la décharge énergétique, 20 secondes avant la "sortie" de mon fils, m'a scotché et réveillé en même temps. J'ai eu le "pop" des tympans typique de la montée de l'ivresse et j'ai donné tout ce que je pouvais à ma femme. La sage femme était sur le cul de me voir bondir au moment clef, la poussant de coté, comme sur auto-pilote!

    Bref, j'abonde dans ton sens, même si c'est que depuis le coté "mâle" de l'expérience. J'ai vécu ça comme un rite de passage, comme un rituel de vie... douleur, joie, peur, énergie, lumière et vie se télescopant dans un maelström qui nous dépasse totalement, mais qui redonne à tous ceux qui s'y engagent leur place juste.

    Merci pour ton témoignage, en ces temps ou l'on accouche par césarienne pour cause de comité de direction le vendredi, ou pour cause de vacances à Meknes, ou encore (comble de l'absurde) par choix de signe astrologique!

  9. #9
    N° 7958401
    Date d'inscription
    avril 2007
    Localisation
    Pays Bas très bas
    Messages
    1 073

    Par défaut Re : Tu enfanteras dans la douleur

    Merci, ton récit nous a rappellé des souvenirs. Kuchette et moi voulions vivre cette expérience à fond avec les bons côtés et les mauvais qu'ont associe souvent à la douleur et au sang alors que ca fait justement partie intégrante de cette naissance...
    Et bienvenue au petit nouveau même s'il ne sait pas encore dans quelle galère on l'a mis^^

  10. #10
    présent
    Date d'inscription
    mai 2007
    Localisation
    sur le cul
    Messages
    1 910

    Par défaut Re : Tu enfanteras dans la douleur

    Citation Envoyé par DaHaMo Voir le message
    Je crois que ton analogie avec l'Ayahuasca est tout a fait exacte.
    En effet, c'est une réflexion que j'ai souvent entendue: la conscience modifiée, le passage initiatique, la perte de contrôle qu'on tente malgré soi de repousser et de moduler, un côté animal oublié qui resurgit,... Bref, c'est à tout ça qu'on reconnaît les expériences qui touchent le cœur de la fibre humaine et qui marquent une vie.

    Citation Envoyé par DaHaMo Voir le message
    en ces temps ou l'on accouche par césarienne pour cause de comité de direction le vendredi, ou pour cause de vacances à Meknes
    Comme dans d'autres domaines qui touchent au vivant, la France se distingue ici par son côté bien ringard: championne de la péridurale, de la césarienne et de l'accouchement médicalisé à outrance, et complètement à la traîne sur les alternatives. De plus en plus (et j'imagine quand même que ça doit filtrer un peu chez vous aussi), l'accouchement (plus) naturel sous diverses formes gagne du terrain un peu partout. Ça va de l'évitement de la péridurale à l'accouchement à domicile (très courant en Hollande, par exemple) en passant par plein de variantes new age ou hype (la piscine, la mer, les dauphins, bientôt l'apesanteur? :D). Mais bordel, qu'est-ce que les médecins et l'hôpital nous tiennent encore par la crainte...! Récemment, je suis allé passer du temps chez une copine qui devait accoucher tout naturel, à la maison. Peut-être qu'elle tenait trop à l'idée qu'elle se faisait d'avance de son accouchement, que ça l'a crispée... toujours est-il qu'au terme d'un long travail "à vide", elle s'est retrouvée à l'hosto, césarienne d'urgence et tout le toutim. Et il paraît que c'est un cas de figure relativement courant. Comme quoi, ce qui compte, une fois encore, c'est de lâcher prise et de laisser faire les choses.

    En tout cas, merci Echidna, et plein de bonheur à vous. Maintenant que les mauvais souvenirs s'estompent doucement... on t'y reprendra? ;)

Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •