Close

Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: C'est ainsi...

  1. #1

    Mushroom 2 C'est ainsi...

    Titre de l'expérience : C'est ainsi...
    Pseudo : Lucid man
    Lieu : Dans la maison de mes parents
    Substances : Golden Teacher
    Dose : 3.5 g sec


    C’est samedi, je suis seul à la maison. Tiens, si je me faisais un trip ? Check-up de ma situation : je suis en vacances, tout va bien. Un festival dans 5 jours, je suis content. Quelques petits tracas mais de toute façon qu’importe ce qui compte c’est le présent, là, maintenant. Je commence à mettre en pratique quelques enseignements (ou philosophie, état d’esprit…) que j’ai pu lire dans pas mal de livres, comme dans les bouquins de Paulo Coelho (que j’apprécie beaucoup).
    Je pousse à 3.5g sec de Golden Teacher de ma récolte (bientôt la fin, aïe aïe aïe !). Je les réduis en poudre, les laisse infuser environ 30 min avec verveine et citronnelle du jardin. J’en profite pour manger un peu, il est 20h.

    A 20h30, je m’allonge sur un transat et je bois ma tisane. Il fait encore chaud (30°C). Les cigales chantent, les oiseaux tournent et virent dans le ciel, je suis là, maintenant, mon corps et mon esprit sont ici. Ma tête se vide peu à peu des pensées superflues.

    Je termine mon infusion, je décide d’aller aux toilettes puis à la douche pour me rafraîchir. Aïe ! Ça commence à pousser sévère, mon ventre travaille. Vite sous la douche. Je suis à deux doigts de vomir, ce qui ne m’arrive jamais avec des champignons seuls.
    Je retourne sur mon transat. Me concentre sur ce que je vois, mon jardin est beau, le ciel est beau. Ça pousse, ça écrase, ça tire, j’ai le cardio qui s’emballe et le bide à l’envers. Grosse montée.

    Je retourne dans ma chambre, me roule une clope et mets un peu de musique. Un dubmaker qui fait du son sympathique. Je fais moi aussi du dub à mes heures perdues (Feel The roots sur Soundcloud ou sur Talawa pour ceux que ça intéresse). Tiens, c’est pas mal ce qu’il fait. Pas trop de mouvements brusques, mon ventre n’est toujours pas très content. Wow ! Ma tenture au plafond est belle ! Pas autant que sous acide, mais tout de même. Les visuels légers s’installent peu à peu.
    Je commence à me sentir bien. Je pense au monde qui m’entoure, à la société dans laquelle nous vivons. Je pense aussi à moi, à ma personne. C’est bon ! Je pense aussi au cinéma, j’ai vu beaucoup de films récemment. Je pense au cinéma de Dupontel, Kounen, Delépine et Kervern et autre Gaspar Noé. Merde, j’aime ce que font ces mecs. Je repense à des scènes de films, c’est beau.


    Je me sens de mieux en mieux, je retourne dans mon jardin. Je marche pieds nus. J’erre. Je fais des allers retours, parle, ris. Tiens, si mes voisins me voyaient ils me prendraient pour un fou. J’en ris. D’ailleurs, j’ai l’impression d’avoir le même comportement qu’une personne autiste que j’ai croisé dans ma vie. S’en suit une réflexion sur la folie, tout en continuant à déambuler. L’air est plus frais, je me sens léger, libre, heureux, mon jardin est beau. Si les maisons n’étaient pas aussi proches, je me serais volontiers mis tout nu.


    Je retourne dans ma chambre, c’est l’heure de changer de musique. Entheogenic, avec les visualisations de winamp. Merde, que c’est beau. Jouissif. Divin.
    Je pense aux fractales, du point de vu mathématique. Je pense à la courbe de Koch. Me dit que je peux essayer d’en fabriquer une autre dans ma tête. Fou rire. C’est comme si j’avais dit « le théorème de Pythagore ? Bof, pas top je peux essayer de trouver mieux ». Quel fou rire.


    Je roule un joint. Merde, elle est bonne cette beuh ! fume quelques barres et retourne dans mon jardin. La soirée est agitée. Dehors du monde, une fête. Peut être un mariage. J’entends un chanteur à la noix. Il chante faux. J’entends des chiens aboyer, des voitures et scooters rouler vite au loin. Je vois les lumières moches de la ville. Des gens que se disputent. Je pense à la chaleur qu’il a fait aujourd’hui, que tout le monde est agité avec l’été. Le soleil a tapé fort sur nos têtes, on s’agite, petits humains que nous sommes. L’Homme me dégoute. Je nous trouve idiots. Je m’écrie « Ah, qu’est ce qu’on est con ! » fou rire.

    Je retourne dans ma chambre, toujours Entheogenic qui tourne, c’est beau. Quand la musique s’arrête, je décide de rester dans le silence. A ce moment là, je rentre dans une sorte de méditation non forcée, non provoquée. Le passé n’est plus, le futur n’est pas encore. Seul le présent compte, et je me sens bien à cet instant précis. Je n’ai pas envie d’être ailleurs, ni dans l’espace ni dans le temps. Les idées viennent, passent, défilent et je n’apporte aucuns jugements. Les choses sont, c’est tout. Il n’y a rien à ajouter. Quelle paix intérieure ! C’est fou. Je suis dans un état d’esprit que je n’arrive pas à atteindre en temps normal. Pourtant, ce n’est pas faute de l’avoir lu et relu dans des bouquins. J’arrive à présent à accéder à un état de contemplation.

    Je regarde la lune, c’est beau. J’arrive à me dire qu’une chose est belle sans en chercher le pourquoi du comment. C’est beau, point. Jouissif ! Je joue avec mon corps tel un enfant, je le fais parce que cela me procure du plaisir. C’est tout. Je ne juge plus rien. Je me dis qu’il faut absolument appliquer ça dans la vie de tous les jours. Je suis moi, c’est tout. Quelle paix. Je n’ai jamais ressenti ça auparavant.
    Je décide de me coucher, attendre que le sommeil vienne de lui-même. Évidemment, je n’arrive pas à dormir mais qu’importe, c’est comme ça. Les choses sont ainsi. Formidable.



    Mon but aujourd’hui est donc d’arriver à provoquer cet état de paix et de contemplation sans psychédéliques. Un état proche de la méditation. J’ai du travail, c’est beau. Je sens que j’avance dans ma vie. Je suis heureux.

    Les choses sont, et c’est tout. C’est merveilleux.

    Merci à ceux qui me liront.

  2. #2
    à la vie à la mort
    Date d'inscription
    novembre 2006
    Messages
    6 574

    Par défaut Re : C'est ainsi...

    le théorème de Pythagore ? Bof, pas top
    Ahaha ce genre de réflexions de me rappelle des bonnes tranches de rire aussi oui. :)
    Sinon 30° c'est un peu limite comme conditions, ça participe de ton inconfort je pense. Perso, passée une certaine température je les sens pas les drogues qui augmentent la température du corps. Contrôle plus difficile, potentiel de vrille...

  3. #3

    Par défaut Re : C'est ainsi...

    Haha... le mec tripé qui pense remettre en doute les grands principes mathématiques établis.
    C'est vrai que la température a favorisé l’augmentation du rythme cardiaque et de l'inconfort en général pendant la montée comme tu dis.

    - - - Updated - - -

    Haha... le mec tripé qui pense remettre en doute les grands principes mathématiques établis.
    C'est vrai que la température a favorisé l’augmentation du rythme cardiaque et de l'inconfort en général pendant la montée comme tu dis.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •