Close

Voir le flux RSS

Salive

Advaïta Vedanta

Noter ce billet
Bonjour à tous,

J'ai rencontré, en Inde, il y a 2 ans, un australien, deux fois en 7 jours à 3500km d'intervalles (vous suivez ?). Il m'a parlé d'un type, d'un livre, je suis rentré d'Inde, j'ai acheté le livre et de là a découlé une série de lecture dont j'ai le désire de vous faire part.

Il s'agit de livres qui retracent, pour la plupart, les échanges verbaux (questions/réponses) qu'il y a eu entre certains gurus et les personnes qui les rencontre. C'est en quelque sorte, une compilation d'échanges, entre-coupée parfois d'un monologue plus long du maitre. Il s'agit principalement de maitres ayant vécus au XXème en Inde.

Je me dois de préciser ce concept qui nous échappe en Europe, il est culturel et a acquis un status péjoratif au fil du temps chez nous : le guru.
Pourquoi dis-je qu'il est culturel ? Parce que, si vous l'ignorez, en Inde le guru est un status donné à une personne qui est considérée comme "aboutie" spirituellement parlant. La société indienne étant très religieuse, ce genre de personne représente un caractère essentiel de leur spiritualité, la finalité de cette dernière, "l'aboutissement": la libération.

Guru veut simplement dire maitre, il est impossible d'établir la sainteté ou l'avancée spirituelle d'une personne à l'aide d'outil, la société indienne n'échappe pas aux divers penchant de la nature humaine et il est donc évident que ce terme peut être attribué à n'importe qui, à un pauvre con, à un charlatan, à une âme libérée.
Toujours est-il que ces gurus attirent parfois les foules, des indiens en quêtes bien sûr, mais pas que, il y a eu depuis les années 60-70 une vague d'enthousiasme pour l'Inde et sa spiritualité, la popularisant en occident, mais ces "allers et venues" entre l'Inde et l'occident dans un but de recherche spirituelle doivent exister depuis longtemps. Durant tout le XXème siècle beaucoup de tentatives occidentales pour comprendre le message de l'Inde, des démarches personnelles d'éminents professeurs, de religieux, d'écrivains, laissant bien souvent, en plus d'une expérience indescriptible de leur rencontre avec ce guru, des textes, des livres, des témoignages de leur sainteté.

Le point commun entre les différents maitres dont je vais vous exposés (non pas les écrits car ils n'ont jamais rien écris) mais bien la transcription de leur dire que les gens qui les côtoyaient quotidiennement ont laissés, je disais donc, le point commun est, l'Advaïta Vedanta.

Bon, pour pas tous vous perdre, je vais simplement dire que ce terme se traduit par "non-dualité", qu'on peut le considérer comme un courant et donc parler de : la voie de la non-dualité. Si aucun d'entre vous n'a lu de truc sur l'hindouisme ou une quelconque autre spiritualité "dérivée", le but est toujours le même : la "fameuse" libération. Il y a au sein de l’hindouisme une foule de voies différentes pour atteindre cette libération, pareil dans le bouddhisme, le zen, le soufisme et l'une de ces voies est l'Advaïta Vendata, la voie de la non-dualité.
Il y a une foule de personnes qui on étés au fil du temps, dépositaires de cette voie, des exemples vivants, et si vous voulez plus de détails sur qu'est l'Advaïta Vedanta, go google.
Dans les faits, des maitres parlent de Dieu là où d'autres parlent du Soi, d'autres parlent des deux, c'est principalement ce qui crée l'affinité des uns pour un guru en particulier, des autres pour un autre : le langage utilisé, ce qui engendre ou pas, en fonction de nos mécanismes de pensées, une compréhension du message.

Ma démarche est intellectuelle, c'est un partage, en aucun cas il ne s'agit d'essayer de vous convertir ou de passer un message ou de je ne sais quoi. Je considère intellectuellement très intéressant le message des ces gens, leur vision du monde, leur activité dans le monde. Je suis entièrement convaincu que cela peut en intéresser d'autres, voilà, c'est tout, j’envoie les bouquins


Le premier est donc le fameux maitre dont l'australien m'a parlé en Inde (rappelez-vous) Nisargadatta Maharaj et le livre "Je Suis" (édition Les Deux Océans, Paris) :

"C'est en vous imaginant séparé que vous avez créé le fossé. Vous n'avez pas à le traverser. Il vous suffit de ne pas le créer."

"Vous existez en tant que pure présence, principe suprême au-delà du mental et du corps. Demeurez en tant que cela."



Nom : nisargadatta-maharaj.jpg
Affichages : 61
Taille : 9,2 Ko

Maharaj est mort à 84 ans, en 1981, à Bombay. Voici, rapidement, son histoire : Il travaillait comme marchand de cigarettes indiennes (Bidîes), se maria et fonda une famille jusqu'à l'age de 34 ans quand il rencontra un guru qui l'initia à l'Advaïta Vedanta. Son maître lui dit :

"Tu n'es pas ce que tu crois être. Trouves ce que tu es. Observe le sens de "Je Suis", découvre ton véritable soi."

Maharaj a dit plus tard, par rapport au mot de son maitre :

"J'ai fait de qu'il m'a dit de faire. Tout temps gagné, je le consacrais à m'observer en silence. Cela opéra en moi un changement rapide et profond. Il ne me fallut pas plus de trois années pour réaliser ma véritable nature".

Il erra durant ce temps en pèlerin à travers l'Inde et fini par reprendre son commerce et sa vie de famille. Peu à peu, les gens furent attirés par ses paroles et sa sagesse, il y eu des réunions dans la rue, puis dans une pièce de sa maison et ce fut le début d'un interminable défilé où Maharaj reçu tout ceux qui souhaitaient s'entretenir avec lui afin de résoudre leurs problèmes, qu'ils soient religieux, psychologiques ou tout simplement affectifs.

Ce livre est la compilation d'une centaine d'échanges entre Nisargadatta Maharaj et la personne qui le questionne, c'est donc une belle brique de 500 pages qui fut compilée par Maurice Frydman qui consacra des heures de retranscription et de traduction afin de conserver la valeur inestimable des ces échanges.
Très complet, très plaisant car on peut lire juste un entretien et poser le livre, on peut le "picorer" quoi. Très interpelant, sérieux, ça donne à réfléchir.



Le second guru a été beaucoup plus connu que Nisargadatta Maharaj, il s'agit de Ramana Maharshi et du livre "L'enseignement de Ramana Maharshi" (ed. Albin Michel, spiritualités vivantes) :

"La difficulté actuelle, c'est que l'homme s'imagine qu'il est l'auteur de ses actes. C'est une erreur. C'est la Puissance supérieure qui fait toute chose; l'homme n'est qu'un instrument. S'il accepte cette position, il se libère de tous ses troubles; sinon, il les favorise."

"Tout ce qui doit arriver arrivera, quels que soient vos efforts pour l'éviter. Tout ce qui ne doit pas arriver n'arrivera pas, quels que soient vos efforts pour l'obtenir.
"


Nom : 400px-Sri_Ramana_Maharshi_-_Sitting_-_G._G_Welling_-_1948.jpg
Affichages : 56
Taille : 22,2 KoNom : ramana-livre.jpg
Affichages : 55
Taille : 14,4 Ko

Il est décédé en 1950 à l'age de 70 ans, dans un village d'Inde. Il fit, à l'age de 16 ans, une expérience particulière en se couchant sur le sol, mimant la mort et l'état de cadavre. Le choc de son expérience provoqua une libération et la compréhension que seul son corps était concerné par la mort.

"Donc je suis Esprit transcendant le corps. Le corps meurt mais l'Esprit qui le transcende ne peut être atteint par la mort. Cela signifie que je suis l'Esprit qui ne meurt pas"

Il va s'en suivre diverses expériences mystiques pour finalement vivre en ermite dans la sainte montagne d'Arunachala en Inde. Son enseignement oral va attirer des milliers de visiteurs. Il va, comme bien souvent tous les autres maitres, accueillir les personnes désireuses de le questionner. Ce livre est donc également une compilation d'entretiens, datés, qui s'étendent sur des années de Maharshi et ses interlocuteurs. Un peu moins de 1000 pages, il comptent pas moins de 600 entretiens. Même concept que le livre sur Maharaj.


Une femme, Ma Ananda Moyi, "L'enseignement de Ma Ananda Moyi" (ed. Albin Michel, spiritualités vivantes) :

"Respirer sans penser à Dieu, c’est du gaspillage. Seul l’être humain a été doté du pouvoir de chercher et de trouver Dieu"

"Trouver Dieu ne signifie que trouver son propre Soi"


Nom : ananda2.jpg
Affichages : 57
Taille : 5,0 KoNom : 41GRY958HFL._SY344_BO1,204,203,200_.jpg
Affichages : 55
Taille : 14,1 Ko

L'histoire de Ma est plus difficile a expliquer et a résumé. Elle meurt en 1982 à l'age de 86 ans. Elle a fait d'étranges expériences mystique très jeune et commence à "jouer le rôle d'une ascète" dès l'age de 22 ans, son mari fut son premier disciple. Va s'en suivre une multitude d’événements mais globalement ressemblants aux précédents car malgré ces déplacements à travers toute l'Inde où elle fait la rencontre d'une foule de gens, elle va également recevoir dans un ashram et s'entretenir avec qui le veut.
Le livre est petit et divisé en deux parties, l'une est un regroupement des différentes citations et pensées de Ma, l'autre est une compilation d'entretiens entrecoupés de réflexions plus longues.

Il y a une multitude de maitres et ce au fil du temps et des régions, malgré les distances ou les époques, délivrant un message étrangement similaire, l'une des voix qui porte ce message est l'Advaïta Vedanta et ces trois là en furent un exemple vivant.
J'espère que ça vous aura un peu titiller le trou de balle, merci de m'avoir lu, merci d'être compréhensif, je me suis relu mais bon, doit rester pas mal de crasse.
N'hésitez pas à donner votre avis, si vos connaissiez déjà l'un d'eux, d'autres ? Ce que vous en pensez, si vous avez lu un livre "de ce genre"etc.
Catégories
Société , Philosophie

Commentaires